Halott hölgyről - Sur une morte

Csata Ernő, szo, 12/09/2017 - 00:11

 

 

 

                                                                                                                                         

 (Csata Ernő fordítása)

                                                            

Szép volt, ha Örök álmán

Aludva, a kápolna sötétje,

Szent Mihály vetett ágyán,

Szép lehet a dermedtsége.

                                                

Jó volt, ha jósága 

Adás a futva nyújtott kézből,

Nem Isten előtt vagy parancsára,

Alamizsna könyörületből.

                                                                    

Gondolkodott, ha hiú zaját

A lágyan pergő hangnak,

Vagy a patak robaját

Elfogadjuk gondolatnak.

                                                          

Imádkozott, ha szép szeme,

Néha a földre sütve,

Néha az égre emelve,

Esetleg imának tűnne.

                                                   

Mosolygott volna, ha rózsa

Amelyik sose virágzik,

A szél hűsére kibomolna,

Mi feledve őt, tovatűnik.

                                                       

Sírt volna, ha két keze,

Fagyosan szívére téve,

Ne volna sárembernek,

Mit égi harmat ne érne.

                                                           

Szeretett volna, ha gőgje,

Mint haszontalan lámpa,

Mi rávilágít a szemfedőre,

Meddő szívére ne vigyázna.

                                                                

Halott, mintha nem élt volna.

Csak az élet látszatát mutatta.

Kezeiből könyvét is kihullatta,

Amelyiket nem olvasott soha.

                                                                

Sur une morte

                                      

Alfred de Musset

                                               

Elle était belle, si la Nuit

Qui dort dans la sombre chapelle

Où Michel-Ange a fait son lit,

Immobile peut être belle.

                                                       

Elle était bonne, s’il suffit

Qu’en passant la main s’ouvre et donne,

Sans que Dieu n’ait rien vu, rien dit,

Si l’or sans pitié fait l’aumône.

                                                              

Elle pensait, si le vain bruit

D’une voix douce et cadencée,

Comme le ruisseau qui gémit

Peut faire croire à la pensée.

                                                            

Elle priait, si deux beaux yeux,

Tantôt s’attachant à la terre,

Tantôt se levant vers les cieux,

Peuvent s’appeler la Prière.

                                                                   

Elle aurait souri, si la fleur

Qui ne s’est point épanouie

Pouvait s’ouvrir à la fraîcheur

Du vent qui passe et qui l’oublie.

                                                                 

Elle aurait pleuré si sa main,

Sur son coeur froidement posée,

Eût jamais, dans l’argile humain,

Senti la céleste rosée.

                                                             

Elle aurait aimé, si l’orgueil

Pareil à la lampe inutile

Qu’on allume près d’un cercueil,

N’eût veillé sur son coeur stérile.

                                                               

Elle est morte, et n’a point vécu.

Elle faisait semblant de vivre.

De ses mains est tombé le livre,

Dans lequel elle n’a rien lu.

                                                  

Magyar Irodalmi Lap

Hozzászólás ehhez


Belépés

Hírlevél

Hírlevél

Tartalom átvétel

Reklám


 


 

A Magyar Nyelv Múzeuma

Inter Japán Magazin

Turcsány Péter honlapja

Jankovics Marcell honlapja

Papp Lajos

Magyar Irodalmi Lap